Créer des paillis pour économiser l’eau

Un élément fondamental dans le jardinage est la nature et l’entretien du sol. Le paillage présente de nombreux avantages pour les agriculteurs et jardinier, à condition de bien l’instaurer.

Le paillis et ses impacts sur l’environnement

Le paillis est une couche de minéraux ou de matériau que l’on pose sur le sol de son jardin, dans le but de modifier les propriétés du sol et d’améliorer la vie de la plante. L’opération qui consiste à mettre un-paillis s’appelle le paillage et ce dernier présente de nombreux avantages, notamment dans la protection de l’environnement et dans pour une économie des ressources hydrauliques.

Le paillage permet

• D’économiser de l’eau, en ralentissant l’évaporation des molécules d’eau du sol et en préservant l’humidité du sol

• De contrôler la température du sol, pour une transition entre printemps, été, automne et hiver

• Denrichir en minéraux le sol

• D’éloigner certains insectes

On distingue de nombreux moyens de paillage, selon le type de matériau utilisé.

Le paillis minéral

Pour effectuer du paillage minéral, vous pouvez utiliser des morceaux d’ardoise, des graviers, de l’argile (sous forme de bille, disponible dans les magasins de jardinage), de la brique, des pots de fleurs cassés ou encore de simple sable de rivière.

Une autre alternative est d’utiliser des galets, ce qui offre à la fois de l’esthétique à votre jardin, mais permet aussi une meilleure économie d’eau. Des galets spéciaux pour paillage existent en magasin. Il vous suffit de vous en procurer et de les répartir uniformément sur le sol du jardin.

Le paillis végétal et animal

L’origine du mot « paillage » découle du mot « paille ». En effet, au début, la paille était principalement utilisée pour le jardinage. Elle offrait à la fois une bonne aération pour le sol, un bon maintien de la température et de l’humidité du sol. De plus, la paille un bonne répulsive contre les insectes.

Des alternatives à l’utilisation de paille consistent à utiliser du lin, de l’écorce ou des copeaux de bois pour le paillage. Vous pouvez aussi vous tourner vers les noix, en utilisant par exemple des coques de noix, des fèves de cacao ou encore la fibre des noix de coco. Enfin, vous pouvez aussi utiliser la fougère, qui est excellente pour l’économie d’eau et sert à la fois d’engrais.

Pour le paillage animal, vous pouvez utiliser de la laine de mouton. Elle peut provenir d’un véritable mouton, mais il est préférable d’utiliser la laine contenue dans les vieux matelas ou dans des oreillers. La laine de mouton enrichit le sol, sans étouffer les plantes.

Recycler ses déchets pour en faire un paillis

Cette troisième alternative est probablement le meilleur geste pour préserver l’environnement et permettre une économie d’eau. Bien évidemment, l’esthétique est à désirer, et les matériaux doivent être sélectionnés avec le plus grand détail.

Utiliser les déchets de votre propre jardin (tonte de gazon, feuilles et pétales de fleurs) pour le paillage. Vous pouvez aussi utiliser du papier ou du carton, en veillant à retirer tout autre matériau différent du papier et n’utiliser que des feuilles avec de l’encre noire.

Un jardin et une cuisine