Quel sol pour ma cuisine

L’aménagement réussi de sa cuisine est essentiel pour se sentir bien dans une pièce où l’on passe souvent beaucoup de temps. Outre le choix des meubles et des appareils électroménagers, il ne faut pas négliger celui du sol

Quel type de sol envisager pour sa cuisine ?

Le choix le plus classique pour l’aménagement de cette pièce reste le carrelage, revêtement intemporel qui résiste bien à l’humidité. Ce revêtement a l’avantage de s’assortir à divers styles de cuisine et l’inconvénient de ne pas pardonner les chutes de verre et de vaisselle : la moindre maladresse se paiera par la perte d’une assiette ou d’un verre, au risque de se retrouver bien vite avec des services désassortis.

La pierre naturelle apporte à la cuisine un cachet indubitable, et convient particulièrement à un aménagement de type néo-rustique. Les qualités de ce type de sol dépendent de la pierre choisie : le calcaire doit être hydrofugé régulièrement pour résister aux projections de liquides, alors que d’autres pierres sont naturellement résistantes à ces inconvénients et seront ainsi nettement moins sources de soucis.

Le béton ciré et son côté loft new yorkais est la nouvelle vedette du genre, et il donne un très beau résultat esthétique s’il est posé dans les règles de l’art par un professionnel expérimenté. Les parquets et les stratifiés se prêtent à pas mal de styles mais sont relativement fragiles à l’usage.

Les critères de choix du sol

L’un des premiers critères lorsque l’on envisage l’aménagement est tout simplement le budget : le prix au mètre carré peut varier du simple au quintuple entre les solutions les plus économiques (par exemple un stratifié) et les plus onéreuses (comme de la pierre naturelle haut de gamme) !

Le choix du sol doit également s’envisager sur le long terme : certains revêtements sont plus exigeants en entretien, et entraîneront donc plus de dépenses, ou d’investissement personnel ; ils sont donc à éviter pour un usage intensif, mais seront moins pénalisants dans une résidence secondaire où la pièce n’est utilisée qu’épisodiquement.

Le critère esthétique reste bien évidemment incontournable : un béton ciré tranchera peut-être un peu trop dans une longère normande, alors qu’un parquet pourra paraître déplacé dans une villa contemporaine signé d’un architecte moderniste ! Il ne faut pas hésiter à envisager l’ensemble de la pièce, avec les meubles et accessoires, et à se demander si l’ensemble fonctionnera bien ou si il se révélera malencontreux !

Bref, c’est une décision à ne pas prendre à la légère : l’aménagement est en principe réalisé pour de longues années, et mieux vaut bien réfléchir et choisir en toute connaissance de cause ce qui collera le mieux à son cadre et à son projet…

Pour en savoir plus :